Thyroïde

Qu’est-ce qu’un nodule de la thyroïde ?

Bénin dans près de 95 % des cas, le nodule thyroïdien se caractérise par une petite grosseur au niveau de la base du cou (sur la glande thyroïde) généralement asymptomatique. Les nodules thyroïdiens correspondent à des lésions variées : kyste, adénome (tumeur bénigne), etc. Dans de très rares cas, il s'agit d'un cancer de la thyroïde. En cas de nodule suspect, le patient doit subir des examens médicaux plus approfondis et une intervention chirurgicale (thyroïdectomie) peut être envisagée. Quels sont les différents types de nodules thyroïdiens ? Les examens médicaux & traitements associés ? Les nouvelles innovations dans l’imagerie médicale pour guider la chirurgie ? Nous faisons le point.  

Les différents types de nodules thyroïdiens 

Le nodule de la thyroïde : définition 

Le nodule de la thyroïde se présente comme une tuméfaction au niveau de la glande thyroïde, cette petite glande endocrine en forme de papillon chargée de réguler le métabolisme… C’est lors de la palpation du cou ou d’un examen d’imagerie qu’un nodule thyroïdien peut être détecté. 

Les différents types de nodules

Le nodule thyroïdien froid ou inactif : bénin dans 95% des cas, il est totalement indolore et n’est associé à aucun symptôme particulier (fonctions thyroïdiennes normales). 

Le nodule chaud ou actif : nodule bénin, il sécrète des hormones thyroïdiennes en grande quantité et peut être associé à une hyperthyroïdie. 

Le kyste : bénin, il s’agit d’une poche remplie de liquide ou de sang. Néanmoins, il peut grossir et devenir gênant voire douloureux (il doit être surveillé). 

A lire également

tes-vous concerné par l’hyperthyroïdie ?

Les maladies de la thyroïde associées 

La thyroïdite subaiguë : elle se manifeste par une augmentation du volume de la thyroïde et s’accompagne de douleurs et fièvre.
 
Les thyroïdites lymphocytaires chroniques comme la thyroïdite d’Hashimoto, une maladie auto-immune pouvant entraîner une hypothyroïdie. 

La présence de plusieurs nodules thyroïdiens peuvent former un goitre multinodulaire (une analyse cytologique est pratiquée pour déterminer si l’un des nodules est cancéreux). 

Le nodule cancéreux représente 5% des nodules thyroïdiens (cancer de la thyroïde) et nécessite une intervention chirurgicale (thyroïdectomie). Le cancer médullaire de la thyroïde (CMT) est une forme de cancer rare de la thyroïde (4% des cancers). 

Quels sont les examens médicaux pour la thyroïde ? 


Lorsqu’un nodule thyroïdien est détecté, une série d’examens complémentaires sont prescrits afin d’établir un diagnostic précis.
 
En règle générale, deux examens sont réalisés de manière systématique : 

  • Un bilan sanguin pour évaluer le dosage de l’hormone TSH dans le sang (hormone sécrétée par l’hypophyse qui régule la sécrétion d’hormones T3 et T4 de la glande thyroïde).
  • Une échographie afin de préciser les caractéristiques du nodule (taille du nodule, localisation) et d’évaluer les risques de cancer. 
 
Une cytoponction est réalisée en cas de nodule suspect (avec ou sans anesthésie locale) : cette intervention de 20 minutes consiste à prélever quelques cellules du nodule thyroïdien suspect à l’aide d’une aiguille afin de déceler la présence éventuelle de cellules cancéreuses… 
 
Néanmoins, cet examen n’est pas toujours concluant et dans certains cas il doit être renouvelé. Souvent difficiles à visualiser, les nodules thyroïdiens nécessitent des examens complémentaires et des techniques d’imagerie plus fiables afin de poser un diagnostic précis. 
 
La scintigraphie thyroïdienne : elle est indiquée en cas de sécrétion d’hormones thyroïdiennes en grande quantité. Elle consiste à injecter un produit radioactif (iode 123) qui va se fixer sur les cellules de la thyroïde afin d’obtenir une cartographie précise de l’activité de la glande thyroïde. 
 
Un scanner cervical associé à une IRM est également indiqué lorsque l’échographie thyroïdienne ne permet pas d’identifier de manière précise les particularités des nodules suspects. 

Comment sécuriser la thyroïdectomie ? 

En fonction des résultats obtenus lors des différents examens réalisés, la chirurgie de la thyroïde (partielle ou totale) peut s'avérer être le traitement adapté. Dans le cas d'une thyroïdectomie totale, le chirurgien doit porter son attention sur la préservation des glandes parathyroïdes qui sont très petites et parfois masquées par la thyroïde.

Afin de les préserver et d’éviter les complications postopératoires (comme l’hypocalcémie), une technique innovante, l’imagerie de fluorescence, grâce au dispositif FLUOBEAM® LX, permet de sécuriser le geste du chirurgien en améliorant significativement la visualisation des glandes parathyroïdes. 

En savoir plus

Comment éviter les complications après une thyroïdectomie

En effet, FLUOBEAM® LX, système d’imagerie de fluorescence conçu par FLUOPTICS©, est un dispositif entièrement dédié à l’imagerie des parathyroïdes. Ce système possède un niveau de sensibilité unique qui permet de localiser en autofluorescence les glandes parathyroïdes. Lors d’une thyroïdectomie, FLUOBEAM® LX permet de mieux sécuriser l’intervention (où des lésions involontaires des glandes parathyroïdes peuvent survenir en raison de la difficulté à les visualiser). Un véritable progrès pour les chirurgiens comme pour les patients. D’ailleurs, en Europe et aux USA, le nombre de praticiens l’ayant adopté ne cesse de croître.  

Les patients devant subir une thyroïdectomie peuvent se rapprocher d'un centre médical où la technologie d'imagerie de fluorescence est utilisée (Institut national du Cancer en cas de cancer thyroïdien).  

Après la découverte d’un nodule thyroïdien, de nombreux examens médicaux sont nécessaires (bilan sanguin, échographie, IRM) afin d’établir un diagnostic précis et recommander le traitement le plus adapté. Pour le patient, il s’agit d’évaluer le risque de cancer en observant la thyroïde et les nodules thyroïdiens. Si la chirurgie s’impose, l’imagerie par fluorescence du dispositif FLUOBEAM® LX permet de diminuer certains risques liés à la thyroïdectomie en préservant les glandes parathyroïdes. Une avancée majeure pour les patients comme pour les chirurgiens.