Thyroïde

Comment éviter les complications après une thyroïdectomie ?

Chaque année en France, environ 45 000 personnes subissent une thyroïdectomie. L’ablation de la glande thyroïde, indiquée en cas de maladie auto-immune de la thyroïde (maladie de Basedow), cancer de la thyroïde, nodules toxiques, goitre, consiste à retirer une partie ou la totalité de la glande thyroïde. La durée de convalescence dépend du type de chirurgie mais aussi des complications qui peuvent survenir suite à l’intervention. Pour éviter de lourdes pathologies post-opératoires, des solutions existent…
Ces complications sont dues essentiellement à des lésions involontaires des nerfs récurrents (nerfs des cordes vocales) pouvant entraîner une dysphonie temporaire (altération de la voix), ou des lésions involontaires des glandes parathyroïdes pouvant entraîner une hypocalcémie (Chute de calcium dans le sang). Ces petites glandes, situées juste à côté de la thyroïde, sécrètent la parathormone ou hormone parathyroïdienne (PTH) responsable du maintien d’un taux de calcium suffisamment élevé dans le sang. En raison de leur proximité avec la glande thyroïde, elles sont parfois difficiles à identifier pour le chirurgien et peuvent ainsi faire l’objet de lésions involontaires. 

Des solutions existent pour améliorer les conditions d’intervention chirurgicale afin de limiter les risques post-opératoires pour les patients. 

A lire également

Comment détecter un dérèglement de la thyroïde ?

 Quelles sont les principales complications liées à une thyroïdectomie ?


La thyroïdectomie est une intervention chirurgicale qui consiste à pratiquer une incision horizontale au niveau du cou afin de retirer une partie ou la totalité de la glande thyroïde. 

A lire également

Thyroïde quels sont les risques de la chirurgie

Elle est indiquée en cas de cancer de la thyroïde, d’adénome toxique de plus de 3 cm (nodule thyroïdien cancéreux ou précancéreux), en cas de présence de goitre multinodulaire toxique (présence de kystes suspects), d’augmentation du volume de la thyroïde et de goitres plongeants (ou endothoraciques). 
La thyroïdectomie présente des risques de complications communes à toute intervention chirurgicale comme la présence d’un hématome ou d’un abcès.


Les complications spécifiques suite à une thyroïdectomie sont :

  • Paralysie d’un des nerfs récurrents : La paralysie se manifeste par une modification de la voix et par des difficultés pour augmenter l’intensité de la voix. Cette paralysie est transitoire dans l’immense majorité des cas.
  • Hypocalcémie : Elle est causée par un traumatisme des glandes parathyroïdes suite à une thyroïdectomie totale. Toutes petites et quelque peu masquées par la thyroïde, elles sont difficiles à visualiser pour le chirurgien et peuvent ainsi faire l’objet de lésions involontaires. Cette baisse du calcium dans le sang est relativement fréquente et le plus souvent transitoire mais dans certains cas elle est permanente.

Pour traiter cette carence (lorsqu’elle est temporaire) des suppléments calciques et de la vitamine D3 sont généralement prescrits.

 

Quelles solutions pour une convalescence réussie ?

Après une thyroïdectomie, la zone opérée doit être protégée afin de favoriser la cicatrisation. Il faut éviter les bains, les baignades en piscine, etc. 

Après trois semaines, la cicatrice va « bourgeonner », une phase pendant laquelle la peau devient rose et dure. Ce durcissement diminue progressivement. Vous devez aussi appliquer une crème solaire IP50+ dans les 6 mois qui suivent pour éviter que la cicatrice ne devienne foncée. 

Après cette opération, un repos de deux semaines est indispensable avant de reprendre toute activité professionnelle. Au cours de cette période, vous devez aussi éviter de soulever des objets lourds pour protéger la cicatrice.

Le kinésithérapeute recommande généralement des petits mouvements à faire pour réduire les tensions et les raideurs musculaires au niveau du cou et des épaules. 

Dans le cas de cancer, un traitement curatif d’iode radioactif est souvent prescrit pour éliminer les cellules cancéreuses.


Comment éviter les risques de complications post-opératoire ?

L’autofluorescence : une technologie développée permettant de mieux visualiser les glandes parathyroïdes

En raison de leur petite taille, les glandes parathyroïdes sont souvent difficiles à visualiser, d’où les lésions involontaires qui entraînent des complications post-thyroïdectomie. 
Afin de sécuriser le geste du chirurgien, la société FLUOPTICS© a développé FLUOBEAM® LX un dispositif d’imagerie médicale entièrement dédié à la chirurgie de la thyroïde et des parathyroïdes qui permet de visualiser en temps réel les glandes parathyroïdes grâce à leur autofluorescence. Tel un troisième œil, ce dispositif accompagne le chirurgien lors de l’ablation totale ou partielle de la glande thyroïde pour une opération précise. 

En savoir plus

FLUOBEAM® LX : Une innovation phare pour la chirurgie de la thyroïde et des parathyroïdes


L’innovation FLUOBEAM® LX permet de détecter les parathyroïdes à 25 images par seconde avec une grande profondeur de champ.

L’ablation de la glande thyroïde (totale ou partielle), demeure une opération délicate, source d’inquiétude pour les patients. Aujourd’hui, les nouvelles innovations dans l’imagerie médicale permettent de mieux prévenir les complications post-thyroïdectomie. Grâce à l’imagerie par autofluorescence, les glandes parathyroïdes sont mieux visualisées et le geste du chirurgien plus sûr.