Cancer du sein

Qu’est-ce que le cancer du sein masculin ?

Le cancer du sein est considéré comme une maladie exclusivement féminine. Pourtant, des centaines d’hommes souffrent, chaque année en France, d’une tumeur cancéreuse à la poitrine. Quels sont les symptômes de cette maladie méconnue ? Quelles sont les causes de ce cancer et comment sont suivis les hommes souffrant d’une tumeur mammaire ? Explications sur cette pathologie masculine rare, mais potentiellement mortelle.

Les symptômes du cancer du sein chez l’homme

En France, seul 1 % des cas de cancers du sein concerne des hommes, soit un peu plus de 500 malades chaque année. Si le cancer du sein est plus fréquent chez la femme, il ne concerne, à l’inverse, que 0,5 % des cancers chez l’homme. 

Des symptômes similaires au cancer du sein féminin

Les symptômes du cancer du sein chez l’homme sont à peu près les mêmes que chez la femme : 
  • Un épaississement ayant une forme de boule au niveau du mamelon
  • Des ganglions lymphatiques au creux de l’aisselle
  • Une rougeur
  • Un changement d’apparence de la peau
  • Une rétractation ou une ulcération du mamelon 

La présence d’un ou de plusieurs de ces symptômes doit alerter les patients. 

On note par ailleurs que dans certains cas de cancers du sein chez l’homme, un écoulement par le mamelon est observé. Comme chez la femme, le diagnostic ne peut être posé que grâce à la réalisation d’une mammographie et/ou d’une échographie avec biopsie.

Un diagnostic souvent tardif et lourd de conséquences

À l’inverse des femmes qui sont invitées à réaliser des palpations et qui bénéficient d’un programme de dépistage du cancer du sein, la tumeur cancéreuse du sein chez l’homme est souvent détectée tardivement. Indolore et peu visible à l’œil nu, la tumeur mammaire se fait discrète chez les hommes et retarde la consultation chez le généraliste. Le diagnostic, ainsi retardé, entraîne souvent un traitement plus lourd.

Les facteurs de risque

Comme pour le cancer du sein féminin, certains facteurs de risque peuvent expliquer la présence d’une tumeur cancéreuse au niveau du sein chez l’homme. 

Les dérèglements hormonaux

Chez l’homme, le déséquilibre hormonal est le premier facteur de risque du cancer du sein. Quand elles sont déréglées, les hormones sexuelles que sont les œstrogènes, les androgènes et la progestérone stimulent la formation de cellules cancéreuses. Ainsi, on constate que plus de 9 cas de cancer du sein sur 10 chez l’homme sont hormono-dépendants.

L’âge, l’hérédité et les mutations génétiques 

Tout comme pour la femme, l’âge est un facteur de risque reconnu. La majorité des malades ont plus de 60 ans. L’hérédité est un autre facteur de risque important. On constate ainsi que 15 % à 20 % des cancers du sein masculins sont liés à l’histoire familiale. La mutation du gène BRCA2, également associé aux cancers du sein chez la femme, est souvent mise en cause dans les cas du cancer du sein chez l’homme. 

Les autres facteurs de risque

Multifactoriel, le cancer du sein chez l’homme est également favorisé par la consommation d’alcool, l’obésité ainsi que par divers problèmes affectant les testicules. Parmi les autres facteurs de risque, on compte les oreillons contractés à l’âge adulte, ou encore l’ablation d’un ou des deux testicules. Enfin, une exposition répétée à certains produits chimiques, dans le cadre professionnel, peut engendrer la formation d’une tumeur mammaire. C’est notamment le cas des patients ayant travaillé longtemps dans des aciéries, à proximité de vapeurs d’essence et de gaz d’échappement, de laminoirs ou encore de hauts fourneaux.

Le traitement du cancer du sein chez l’homme

La mastectomie

La mastectomie est la solution privilégiée par les spécialistes pour traiter le cancer du sein chez l’homme. Seulement 15 % d’entre eux, soit un homme sur sept, bénéficient ainsi d’une chirurgie conservatrice. La tumorectomie, l’ablation de la tumeur, est plus rarement pratiquée. Cependant, de plus en plus de médecins plaident pour un recours à l’ablation exclusive de la tumeur. Grâce à des outils de pointe, comme l’imageur Fluobeam®, les chirurgiens peuvent effectuer des opérations précises et limiter au maximum la dégradation des tissus non atteints par le cancer. Outre l’aspect esthétique d’une tumorectomie, les patients sont moins sujets aux douleurs post-opératoires et bénéficient d’une qualité de vie supérieure à ceux ayant dû avoir recours à une mastectomie.

L’hormonothérapie 

Le cancer du sein chez l’homme est très souvent traité par hormonothérapie. Cette thérapeutique est associée à la chirurgie ainsi qu’à la chimiothérapie et à la radiothérapie. Le médicament utilisé est le tamoxifène, prescrit, dans la majorité des cas, pour une durée de cinq ans. Si le protocole thérapeutique se révèle efficace, ses effets secondaires incitent de nombreux patients à interrompre le traitement avant terme. Fatigue, bouffées de chaleur, baisse de libido, prise de poids et douleurs dans les articulations et le dos sont autant de désagréments causés par le tamoxifène qui poussent un homme sur quatre a arrêté la prise du médicament avant cinq ans.
Zoom sur le syndrome de Klinefelter

Le syndrome de Klinefelter est une maladie génétique rare, responsable d’un dérèglement hormonal important et facteur de risque accru du cancer du sein chez l’homme.

Méconnue, sous-diagnostiquée et ne bénéficiant pas exactement des mêmes protocoles thérapeutiques que pour les femmes, le cancer du sein chez l'homme attire l'intérêt de nombreux chercheurs. Des équipes pluridisciplinaires et internationales travaillent à améliorer la prise en charge des patients et à ouvrir les portes d’une médecine plus précise et sophistiquée aux hommes souffrant du cancer du sein.