Chirurgie mammaire : quels sont les effets secondaires potentiels que je pourrais ressentir après l’intervention ?

Cancer du sein

Après une chirurgie mammaire, certaines femmes peuvent ressentir des effets secondaires plus ou moins gênants. Si ces manifestations ne sont pas systématiques, elles peuvent varier d’une personne à une autre. Les effets secondaires du traitement chirurgical du cancer du sein peuvent survenir rapidement après l’opération ou dans les mois qui suivent. On parle alors d’effets secondaires tardifs. Dans la majorité des cas, ces effets secondaires peuvent être évités ou limités grâce à des soins médicaux adaptés. Découvrez quels sont les effets indésirables de la chirurgie mammaire les plus courants. 

Les effets secondaires de la tumorectomie

La tumorectomie consiste à retirer uniquement les cellules cancéreuses afin de préserver le sein de la patiente. Appelé également chirurgie mammaire conservatrice, ce traitement est privilégié lorsque cela est possible. Cependant, comme tout acte chirurgical, la tumorectomie peut engendrer chez certaines femmes des effets secondaires. Si dans la majorité des cas, ceux-ci sont temporaires, on observe quelquefois des manifestations plus durables.

Chirurgie du cancer du sein, les effets à court terme

Parmi les effets secondaires temporaires les plus fréquents de la tumorectomie, on distingue :

  • Une fatigue généralement due à l’anesthésie et la perte de sang
  • Une douleur au niveau de la zone d’incision
  • Un œdème de la zone opérée
  • Une infection
  • Un hématome résultant du traumatisme des tissus

Dans de plus rares cas, on observe une raideur du bras ou de l’épaule nécessitant une rééducation de kinésithérapie précoce. Certaines patientes souffrent également d’une nécrose de la peau. Toutefois, cette atteinte reste exceptionnelle.

Les effets à long terme

Les effets secondaires à long terme d’une tumorectomie se présentent principalement sous la forme d’une rougeur de la cicatrice. Celle-ci s’atténue généralement au fil du temps. D’autre part, la tumorectomie peut entraîner une déformation du sein ainsi qu’une cicatrice disgracieuse. Cet aspect peut déclencher chez certaines patientes une gêne psychologique pouvant nécessiter une prise en charge médicale. Dans l’intention d’améliorer la forme du sein opéré, la chirurgie esthétique et réparatrice est aujourd’hui une solution qui offre d’excellents résultats.

Mastectomie : effets secondaires

La mastectomie peut entraîner des effets secondaires similaires à ceux d’une tumorectomie. Toutefois, en raison de l’ablation complète du sein, la chirurgie non conservatrice est parfois à l’origine de douleurs importantes. D’autre part, il est important de ne pas négliger l’impact psychologique qu’une telle intervention peut engendrer.

Ablation du sein : effets secondaires à court terme

Dans la majorité des cas, la mastectomie peut entraîner des effets indésirables courants tels qu’une fatigue intense, ou encore la présence d’un hématome ou d’un œdème au niveau de la zone opérée. On observe également pour certaines patientes :

  • Une sensation de déséquilibre surtout en cas de poitrine volumineuse
  • Une perte de l’estime de soi

Pour pallier ces manifestations, une prise en charge psychologique ainsi qu’une reconstruction mammaire sont des solutions à envisager.

Les effets à long terme

Certaines patientes décrivent, à la suite d’une mastectomie dans le cadre d’un cancer du sein, des douleurs d’intensité variables au niveau du bras, de l’aisselle ou de la paroi thoracique. Dans la plupart des cas, elles cessent spontanément. Elles peuvent toutefois persister chez certaines femmes. Ces douleurs neuropathiques sont appelées syndrome douloureux post mastectomie ou SDPM. Elles trouvent leur cause dans la détérioration des nerfs du sein ou de l’aisselle suite à l’ablation du sein ou lorsqu’un tissu cicatriciel se forme sur les nerfs.

La douleur fantôme du sein représente également un effet secondaire tardif potentiel de la mastectomie. Ce phénomène s’apparente à la perte d’un membre amputé dont le patient conserve la sensation et la gêne. La douleur fantôme est une source d’angoisse qui peut persister avec le temps. Le traitement de la douleur après une chirurgie mammaire nécessite une prise en charge médicale par une équipe spécialisée dans ce domaine.

Quels effets indésirables après une exérèse du ganglion sentinelle ?

L’exérèse du ganglion sentinelle consiste à retirer le ou les premiers ganglions lymphatiques de l’aisselle les plus proches de la tumeur. Cette méthode permet alors d’éviter la réalisation d’un curage ganglionnaire plus invasif. Afin d’identifier et d’ôter le ganglion sentinelle, l’imagerie de fluorescence et le vert d’indocyanine facilitent le guidage chirurgical. Grâce à la technologie FLUOBEAM® LM, il est désormais possible d’optimiser la visualisation du drainage lymphatique ainsi que la détection du ganglion sentinelle. Toutefois, l’ablation du ganglion sentinelle peut entraîner certains effets secondaires plus ou moins gênants.

Parmi les effets secondaires précoces de l’opération du ganglion sentinelle, on constate une réaction allergique aux produits injectés et dans de rares cas, une hémorragie peropératoire pouvant nécessiter une transfusion sanguine. Ces deux phénomènes restent cependant exceptionnels.

On observe principalement des effets secondaires similaires à ceux de toute intervention chirurgicale tels que la présence d’une poche de lymphe sous la cicatrice, la formation d’un hématome au niveau de la zone opérée, ou encore une infection du site opératoire.

Le curage ganglionnaire

Le lymphœdème est une complication postopératoire potentielle du curage ganglionnaire. Ce phénomène dit de « gros bras » résulte d’une altération du drainage normal de la lymphe provoquant une accumulation du liquide au niveau des tissus du bras ou de la main. Le curage axillaire mais également la mastectomie constitue un facteur de risque de développement d’un lymphœdème. Certaines précautions doivent être prises afin de limiter l’apparition d’un lymphœdème parmi lesquels être attentif aux coupures, aux blessures ou aux piqûres d’insectes survenant sur le bras opéré.

Il existe également une possibilité de dégradation de la mobilité ou de la sensibilité du bras après un curage ganglionnaire ainsi qu’une perte de force musculaire. Toutefois, ces manifestations restent dans la majorité des cas temporaires.

Certaines patientes décrivent une sensation de fourmillements ou d’engourdissement au niveau de la poitrine, dans le bras ou sous les aisselles. Il s’agit de douleurs de type neuropathiques qui disparaissent généralement après quelques semaines. Néanmoins, chez certaines personnes, on remarque l’existence d’un engourdissement permanent de la face interne du bras.

Bon à savoir : Les conséquences esthétiques peuvent être considérées comme un véritable effet secondaire de la chirurgie mammaire. De ce fait et comme le précise la fondation pour la recherche sur le cancer, il existe plusieurs possibilités visant à limiter l’impact psychologique et esthétique de la mastectomie sur les patientes parmi lesquelles la reconstruction mammaire.

La chirurgie du cancer du sein peut entraîner certains effets indésirables. Habituellement ces derniers demeurent temporaires, toutefois, certains effets indésirables liés à la chirurgie mammaire nécessitent une prise en charge médicale ou psychologique. La nature et l’intensité des effets secondaires du traitement du cancer du sein peuvent varier en fonction du type de chirurgie ainsi que des traitements associés tels que la chimiothérapie ou la radiothérapie.

Avertissement 

Conformément à la loi française, nous vous informons que cette page est destinée aux professionnels de la santé.

ou